AWARD WINNING NUTRITION SATISFAIT OU REMBOURSÉ INGRÉDIENTS CERTIFIÉS
Review 4.1 / 5
Avantages et risques du biohacking
6 avril 2021 frederique

Avantages et risques du biohacking

L’application du biohacking est très répandue dans le monde depuis 1988. Le biohacking, également appelé “DIY biology”, consiste à réaliser de petites expériences biologiques dans des laboratoires publics. Pensez-y comme à un garage. Aujourd’hui, il y a une révolution en cours qui essaie d’embrasser la biologie au lieu d’en avoir peur. Cette vision vise à rendre la connaissance plus facilement accessible à tous. Il permet de manipuler les gènes des gens. Bien qu’il soit également utilisé d’autres manières. Pensez aux plantes fluorescentes ou aux bactéries utilisées pour l’impression 3D. Il y a de plus en plus de possibilités.

Les types de biohacking

Ce qui est exactement le biohacking et ce qui ne l’est pas est encore considéré comme une zone grise. Lorsque quelque chose est réalisé ou revendiqué, il est souvent considéré avec scepticisme. Les nouvelles théories ne sont pas non plus facilement acceptées. Certains l’appellent même la pseudo-science des spécialistes du marketing. Cela s’explique principalement par le fait qu’un garage ou un laboratoire domestique n’est pas considéré comme un environnement propice aux expériences. Tout comme les exécutants des expériences ne sont pas considérés comme des scientifiques.

C’est là que réside un problème important. De nombreux biohackers n’ont pas reçu de formation scientifique appropriée. Néanmoins, de plus en plus de pirates informatiques apparaissent. Certains y voient un passe-temps, d’autres pensent pouvoir manipuler les processus biologiques. Cela a conduit à l’émergence de deux types de mouvements de biohacking.

Le biohacking de votre environnement

Le biohacking est le plus courant. Il s’agit d’une forme dans laquelle les gens commencent à mener des expériences par curiosité pour certaines idées. Ils découvrent ainsi les conséquences et les résultats de ce type d’expérimentation. Comme le nombre de laboratoires augmente, il est également vrai que le gouvernement a commencé à exercer une plus grande surveillance. Il y a des limites aux expériences que vous pouvez faire sur les gens. C’est encore plus strict dans ces laboratoires que dans les sciences.

Cela ne change rien au fait que des expériences de ce type ont lieu chez les amateurs. Il est alors fréquent qu’ils cherchent à améliorer les fonctions corporelles en prenant certaines mesures. Pensez à utiliser les super aliments de la bonne manière. En effectuant des tests, on peut découvrir comment l’optimiser pour chaque type de personne et les gènes qu’elle possède.

La culture du grinder

Une forme d’expérimentation très différente consiste à combiner l’homme et la technologie. Avec l’idée de donner aux gens des superpouvoirs. Les pionniers dans ce domaine travaillent depuis 1998. C’est à ce moment-là que, pour la première fois, des implants ont été utilisés dans le corps humain. Ces implants ont permis de prendre en charge des tâches commandées par ordinateur, comme l’ouverture de portes automatiques, l’éclairage de pièces et la mise en marche et l’arrêt d’équipements. Des expériences ont également été menées avec différentes puces. On prétendait parfois que la télépathie pouvait être obtenue. D’autres exemples sont l’utilisation de bras robotisés et autres qui peuvent être contrôlés par le cerveau.

La plupart des hackers qui sont transhumains cherchent à s’améliorer. Par exemple, il est désormais très courant de placer des aimants au bout des doigts. De cette façon, il devient très facile d’exercer des forces magnétiques. Au cours de ce processus, une limite a été immédiatement découverte. Après un an ou deux, la force magnétique a disparu et il ne fonctionne plus. Les pionniers du biohacking s’intéressent également de plus près à cette question.

Les avantages du biohacking

Le biohacking est souvent abordé de manière négative car il est considéré comme un hobby, ce qui est au mieux pseudo-scientifique. La plupart des expériences visent à résoudre des problèmes quotidiens normaux. Ou bien ils sont conçus pour combattre certaines maladies. Ces types d’expériences sont menées pour faire progresser une société posthumaine, avec des humains avancés dotés de capacités surhumaines. Il existe différentes techniques qui contribuent au développement humain par le biais du piratage.

Impression 3D de parties du corps

La recherche a montré que la manipulation génétique de certaines bactéries peut conduire à un matériau sensible pouvant être utilisé pour l’impression 3D. Cela a soudainement rendu possible l’impression de toutes sortes de parties du corps. Pensez par exemple aux nouveaux reins. Il est donc soudainement beaucoup plus intéressant de chercher de nouvelles solutions aux maladies de la peau. Peut-être même en appliquant une peau artificielle imprimée.

Plantes fluorescentes

Au Royaume-Uni, on tente de manipuler génétiquement les plantes. On tente de les faire briller dans le noir lorsqu’ils détectent une activité dans l’environnement. Des essais sont également en cours pour étudier la possibilité d’utiliser les plantes comme systèmes d’alerte. Par exemple, en les faisant briller lorsqu’ils entrent en contact avec des substances toxiques. De cette manière, un système d’alerte naturel peut être mis en place.

Corriger les écarts

L’exemple le plus imaginatif de biohacking est peut-être l’histoire de Neil Harbisson. Ce musicien daltonien a subi une opération dangereuse et illégale au cours de laquelle une caméra a été implantée dans son crâne. Elle était connectée à une puce dans son oreille. En conséquence, le musicien peut désormais voir les couleurs grâce à certaines vibrations. C’est un exemple de correction des écarts par la technologie.

Maîtriser l’évolution

De nombreux biohackers sont principalement à la recherche de connaissances sur l’évolution. En rassemblant les connaissances sur l’ADN humain et l’ADN de Neandertal, par exemple, beaucoup de choses ont déjà été découvertes. Cela a permis de mieux comprendre l’évolution et donc de mieux la maîtriser. L’idée est que les changements génétiques chez les personnes sur une plus longue période peuvent être mieux expliqués et contrôlés.

Recherche de traitements

Les biohackers sont aussi souvent très soucieux de servir la communauté. Par exemple, en menant des expériences pour que l’humanité en bénéficie. Par exemple, en bricolant des micro-organismes qui peuvent aider à administrer de l’insuline, on peut aider les diabétiques à aller mieux.

Le cristal qui attire l’oxygène

En 2014, on a découvert en Belgique comment un cristal pouvait extraire l’oxygène de l’environnement. C’était même le cas dans l’eau. En chauffant le cristal, l’oxygène pouvait être libéré. Cela signifie qu’une bouteille d’oxygène deviendra inutile à l’avenir. Les cristaux peuvent être utilisés à toutes sortes de fins, de la plongée en eau profonde à toutes sortes de problèmes pulmonaires nécessitant un supplément d’oxygène.

Les risques du biohacking

Les avantages sont bien sûr contrebalancés par les risques du biohacking. Ce n’est pas parce que ça s’appelle du piratage que les gens l’associent négativement. Bien que cela puisse sembler un peu futuriste et que les résultats ne proviennent pas d’environnements contrôlés, le biohacking n’est pas illégal. Les recherches et les résultats ont même repoussé les frontières et brisé des tabous. Cependant, les questions d’éthique posent également un certain nombre de problèmes. Après tout, il s’agit toujours d’expérimenter sur les gens. Et il y a des dangers qui guettent. Les gouvernements tentent également d’enrayer ce phénomène. Il existe plusieurs risques.

Un danger non maîtrisé

Dans un cadre professionnel, tout est fait pour assurer la sécurité des expériences. Les scientifiques et leur travail suivent certains processus et dans un environnement protégé. En revanche, dans les laboratoires ouverts, cette surveillance n’existe pas du tout. Travailler avec, par exemple, des bactéries modifiées peut donc entraîner des dangers considérables qui ne peuvent être maîtrisés. Une population entière peut être infectée. C’est aussi une raison pour laquelle, par exemple, les terroristes aiment cibler ce type de laboratoires.

Expérimentation sur les humains

Bien qu’elle soit volontaire et à petite échelle, l’expérimentation sur des personnes est bien sûr discutable. De nombreux bénévoles ne sont pas en mesure de surveiller les risques potentiels. Cela peut même conduire à la mort dans certains cas. Il y a trop peu de règles et de lois dans ce domaine pour offrir une protection. Parce qu’il est difficile de définir exactement ce qui est contraire à l’éthique et ce qui est autorisé ou non. C’est pourquoi il y a des lacunes dans le filet.

Problème de confidentialité

Un soldat américain auquel on a implanté une puce en 2015 s’est ouvert sur ses effets. La puce était destinée à la communication et n’était pas reconnaissable par la technologie. Cela a donné au soldat la capacité de pirater et de manipuler les téléphones. Une autre puce a été utilisée comme traceur. Cela a permis de créer un être humain numérique. Ainsi, les mots de passe, par exemple, appartiendraient au passé. Le problème, cependant, est que la puce stocke tout ce qui concerne la personne, y compris son état de santé. Cela représentait un risque énorme pour la vie privée. Cela l’emportait en fait sur les avantages de la puce.

L’utilisation des nootropiques

Un mouvement important au sein du biohacking est celui des nootropiques. Ce mouvement existe depuis les années 1960. Il existe des pilules qui sont conçues pour améliorer les fonctions du cerveau. Ils rendent les gens plus vifs, plus rapides et plus efficaces. Le problème est qu’après toutes ces années, les pilules ne sont toujours pas approuvées par les autorités. Des doutes subsistent quant à leur sécurité, car les données ne permettent pas de connaître suffisamment les effets à long terme. Cela les rend également invendables. Il est donc impossible pour de nombreux nootropiques de s’imposer à grande échelle.

Vision nocturne

En 2015, un homme en Californie a travaillé dans un laboratoire de biohacking avec un produit chimique que l’on trouvait également dans les poissons d’eau profonde. On en faisait des gouttes pour les yeux. Ces gouttes permettent à une personne d’avoir une meilleure vision nocturne. Il était ainsi plus facile de distinguer les personnes et les objets dans l’obscurité. Les bénéfices disparaissent après un certain temps, souvent en quelques heures. Mais on ignore encore comment ces produits chimiques affectent les yeux à long terme. C’est également un risque.

Biohacking dans d’autres pays

Le biohacking se pratique dans toutes sortes de pays. Les États-Unis, en particulier, en font beaucoup. Mais un pays comme l’Inde frappe également à la porte. En effet, les outils permettant de manipuler les gènes sont de plus en plus facilement disponibles et peuvent être utilisés par les gens eux-mêmes. Tout le monde n’est pas heureux de cette situation. Certains groupes font même activement campagne contre elle. Surtout dans certaines régions de l’Inde où le manque d’infrastructures ne peut offrir aucune protection. Cela peut conduire à des maladies virales ou bactériennes dangereuses.

D’un autre côté, cette façon de travailler présente aussi des avantages. En s’impliquant tôt, il est possible de poser de bonnes bases pour des recherches plus avancées, car davantage de personnes entreront en contact avec elles. Cela peut donner à certains pays une longueur d’avance, ou du moins leur permettre de ne pas prendre de retard. Cela dit, le biohacking est encore considéré comme relativement jeune. De nombreuses personnes ne comprennent pas encore ses possibilités. Tout comme ils ne peuvent pas saisir les conséquences possibles. Elle est comparée à la manière dont la compréhension de l’énergie atomique a évolué au fil des ans. Dans le passé, les gens ne savaient pas à quel point ces expériences pouvaient être dangereuses. Aujourd’hui, cependant, c’est différent.

Dans tous les cas, il est important de faire soi-même des recherches préliminaires sur le sujet. Ce n’est qu’ensuite que vous pourrez vous faire une bonne idée des avantages et des inconvénients et déterminer si cela vaut la peine de le faire vous-même. Ce sera parfois le cas, mais pas dans d’autres cas.